Tim Cook : L’iPhone est plus sûr que les smartphones Android


Le scandale de la vente de données privées à Cambridge Analytica qui a récemment englué Facebook a fait resurgir le débat sur la protection de la vie privée des utilisateurs. Tim Cook, le PDG d’Apple, est revenu sur le sujet, en réponse aux questions des journalistes.

Une nécessité de régulation de l’utilisation des données personnelles

Interpelé sur le scandale Cambridge Analytica, le PDG d’Apple a qualifié la situation de critique. Lors du China Development Forum de Pékin du samedi 24 mars 2018, il a condamné par la même occasion « la possibilité que quiconque puisse savoir ce que vous consultez depuis des années, qui sont vos contacts et les leurs, mes choses que vous aimez, que vous détestez et chaque détail intime de votre vie… ».

En effet, cette rocambolesque affaire défraie la chronique depuis deux semaines déjà. Pixypia, un site français qui relaie les dernières actualités sur les smartphones a notamment parlé de cette polémique. Au cœur de la polémique, le célèbre réseau social Facebook et Cambridge Analytica, une société d’analyse de données britanniques. Cette dernière a pu exploiter, avec la collaboration de Facebook, les données personnelles de plus de 50 millions d’utilisateurs.

Cette fuite de données aurait été réalisée dans le cadre de la campagne présidentielle américaine, pour le compte du camp Trump. L’exploitation des données aurait même été déterminante dans la victoire de l’actuel Président des États-Unis. Cambridge Analytica a également fait ses preuves dans bien d’autres pays, dont le Royaume britannique où la société a son siège.

Face à cette polémique qui a fait chuter les actions Facebook, lui faisant perdre des milliards, Tim Cook a tenu à revenir sur la nécessité de réguler l’utilisation des données personnelles, dont Apple a fait son cheval de bataille depuis la précédente direction.

Apple, le bon élève de la protection des données personnelles

Si Tim Cook se permet de se prononcer avec autant d’assurance sur le sujet, c’est parce que la plupart des données siphonnées seraient celles d’utilisateurs d’Android. Les données collectées concernaient jusqu’à l’heure d’envoi des SMS et leurs destinataires ainsi que celle des appels entrants et sortants. Ce qui permet au PDG de réaffirmer son combat pour la protection des données.

Il est revenu sur la question lors d’une interview accordée à MSNBC. Selon lui, « l’iPhone est plus sûr que les Smartphones Android ». Apple est en effet l’une des seules entreprises à gérer de façon aussi pointue les applications publiées dans l’App Store. Le PDG assure que chaque application est examinée en détail et que le respect de la politique de confidentialité fait partie des critères d’éligibilité.

Cette hyper sélectivité permet à Apple de ne pas dépendre des revenus publicitaires, tirant plutôt ses bénéfices de la vente de produits haut de gamme. Ce modèle économique lui permet d’investir aussi massivement dans la sécurisation de la vie privée des utilisateurs.

C’est en effet depuis 2010 que le fabricant assume cette posture de confidentialité, militant pour une institutionnalisation.  En 2017, Apple avait d’ailleurs mis à jour sa politique de confidentialité en raison des polémiques autour du Face ID, Apple Pay et Apple Watch.

Le fabricant a notamment réadapté sa page confidentialité, la gestion de la confidentialité, le rapport de transparence ainsi que l’engagement de confidentialité. Il les a aussi rendu plus lisible et plus accessible pour le consommateur, leur rappelant que « Apple ne recueillera pas vos informations personnelles pour les vendre à des annonceurs ou à d’autres organisations. »

No Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.